À Bechevelin ou ailleurs,…

•les architectures contemporaines qui apparaissent ça et là s'auréolent parfois de noms prestigieux, internationaux. Elles participent de l'image de marque de la ville, l'inscrivent dans le catalogue des villes dynamiques, construisant, attirant les noms en vogue de l'architecture dans un échange bien compris de bons procédés.

-Mais pour quels sites ? avec quels liens avec le paysage en place ?

•Des noms prestigieux, des œuvres, peut-être… et pour combien de banalités sans attrait ? Pour combien de banalités retrouvées dans n'importe quelle autre ville de France, voire d'Europe ?

-La banalisation de nos rues vaut-elle le remplacement du paysage local endémique ?

•Le style local, à moderniser parfois pour le confort des habitants, ne vaut-il pas toutes les banalités ou les verrues dont on affuble nos villes au détriment de leur histoire, de leur cachet, de leur tourisme ?

 Y-a-t-il un déterminisme à l'enlaidissement ?

✪Dans les années 197…, des militants se battaient contre "le tout-béton" imposé, contre les arcanes immobilières qui détruisaient les villes. Le profit ne devait plus être le seul moteur de l'urbanisme. De nos jours, le manque de logement, le problème de l'expansion des villes sur les terres arables provoquent les mêmes conséquences. Les mêmes manipulateurs auraient-ils trouvé d'autres arguments pour maintenir leur savoir-faire destructeur et rébarbatif envers les oreilles des responsables de ce début de XXI°siècle ?

Qu'en pensez-vous ?

Au cours de l'année seront présentés ce qu'il y a et qu'il n'y a plus à visiter.