•Une institution, vieille de plusieurs décennies, ferme ses portes, ses lignes, ses activités, dès janvier prochain, elle s'intitule Société d'Étude de Lyon, Rive-Gauche, plus familièrement appelée Rive-Gauche. Pour les gens de Bèchevelin, c'est une mine, une source, une référence. Il y avait là des passionnés, on y était bien accueilli, et une revue trimestrielle rendait compte des études faites par ses membres. Plusieurs organismes l'ont en archive depuis les années 196… où elle sera encore consultable.

IMG_3083
•Ainsi en parle Henri Hours dans le dernier bulletin. D'abord il retrace les origines originales de l'association  :
"C’est à cause de Napoléon-III qu’elle se réveilla en 1952. Cette année-là, en effet, tombait le centième anniversaire du décret impérial qui avait rattaché à Lyon la commune de la Guillotière. Lorsque quelques Lyonnais voulurent commémorer l’évènement, ils se heurtèrent au refus des pouvoirs publics : Éd.Herriot se défila, et Laurent Bonnevay s’indigna qu’on osât songer à célèbrer ”cet acte despotique”. À cette époque toutefois, le politiquement correct n’était pas encore tout puissant. Ce refus fut jugé ridicule, et l’on se passa de l’appui officiel. Montfouilloux et Bernard s’adjoignirent le journaliste Louis Jasseron et tous trois organisèrent une exposition sur l’histoire de la Rive-Gauche qui se tint du 22 novembre au 2 décembre, dans les locaux aimablement prêtés par les Papiers Peints Germain, au 88 Grande-Rue de la Guillotière !
Ce fut un succès total. L’abondance des documents exposés (cartes, plans, photographies, objets divers, archives) rendait la visite enrichissante et satisfaisait la curiosité des visiteurs, beaucoup plus nombreux que l’on avait espéré. Ragaillardis, les organisateurs décidèrent de continuer, en réveillant la société endormie, et c’est ainsi que dans le courant de 1953, un petit groupe se retrouva dans le vieil Hôtel de la Couronne, et mit sur pied la nouvelle Rive-Gauche. Peu après, les réunions se tinrent à l’Hôtel du Chapeau Rouge, dans la même rue, puis en 1957 dans la Brasserie de l’Étoile, à la tête du Pont du Rhône, où nous fûmes fort bien accueillis jusqu’en octobre 1989. Le changement de patron nous contraignit de quitter les lieux et après avoir un peu cherché, nous avons, en octobre 1990, trouvé asile aux Archives Départementales où le Département continue de nous héberger."

Puis il décrit ce que furent les activités et actions de l'association :
Durant tout ce temps, la vie de la Rive-Gauche a été celle d’une société historique ordinaire : conférences mensuelles, publication d’un bulletin à partir de 1962, sorties annuelles. Toutefois, surtout dans les 15 ou 20 premières années, quelques activités moins ordinaires nous donnèrent un style un peu particulier : pose de plaques commémoratives (Claude Farrère, Clair Tisseur, Mère Filloux, Charles Voisin, René Leriche, Pierre Pelloux, Hôpital des Passants, etc…), expositions sur des aspects particuliers de la Rive-Gauche (à la Gare des Brotteaux ou à la Maison Dorée), visites guidées en ville, interventions pour préserver des monuments menacés. La manifestation commémorative la plus spectaculaire fut, en mai 1958, la cavalcade qui, du parc de la Tête-d’Or jusqu’à la rive du Rhône, face à Pierre-Bénite, reprit le chemin suivi en 1479 par le conseiller du roi, L.Tindo, quand il avait délimité la frontière entre le Dauphiné et le Mandement de Bèchevelin ; sur tout le parcours se pressa une foule joyeusement occupée à des réjouissances diverses."

H.Hours décrit aussi l'esprit de la Société Rive-Gauche :
"Ces manifestations au grand jour correspondaient à un trait distinctif de Rive-Gauche, où régnait une atmosphère de bonne humeur, de simplicité sans façon et même d’amitié. (…) Ainsi notre société entretenait-elle, outre sa curiosité historique, un côté populaire qui la distinguait."

et il conclut ainsi : "Tout passe, la génération fondatrice de la nouvelle Rive-Gauche et qui lui avait imposé sa marque s’est éteinte et n’a pas été remplacée. Envolés, le pittoresque et le côté populaire. À peu près épuisée, la réserve d’auteurs et de conférenciers. Certes, le flambeau a été repris par une équipe d’autant plus méritante qu’elle était moins nombreuse, mais elle s’essouffle, elle aussi. Il faut bien le constater : le renouvellement ne s’est pas opéré ; et l’on doit en tirer les conséquences, et passer à autre chose."

IMG_3079

•Qu'hommage soit rendu à cette association, sur ce blog qui reprendra ses publications de temps à autre, pour que sa mémoire et ses œuvres se perpétuent au delà de sa fermeture…

 

IMG_3756Assemblée de fermeture de l'association le 15 janvier 2013, sans cérémonie

 

 

•le 23 octobre 2017 se sont déroulées à Clermont-Ferrand, les funérailles de Henri Hours (Toulon 1926, Clermont 16 octobre 2017) qui fut le dernier président de la Société Rive-Gauche du Rhône.

portrait Hours henri 1926-2017

 

☛Des adhérents et sympathisants de l'ex-association se réunissent tous les ans, le 3°mardi de février pour déjeuner : contactez-nous pour savoir où se fait le RV et nous rejoindre !

 

•autre billet sur ce sujet : RV annuel ;