✪Dans la série des Sculptures et Squares du 3°Arrondissement, nous voici cette semaine à nouveau à Montchat.

*En 1976, des éléments de la grande statue de la place Carnot dédiée à la République sont déplacés dans le parc Bazin, situé aux portes de Montchat.

Ce parc était une ancienne gravière qui a été remblayée en 1938, mais dont les traces existaient toujours en 1946.

Il eut l'appellation de Parc Georges Bazin, à la fin des années 1980 ; c'était un érudit local qui écrivait dans la revue [de la Société] Rive Gauche. Ce parc possède trois statues, vestiges du monument dédié à la République place Carnot, dont il ne subsiste sur place que l'élément central.

L'idée de cette statue avait été proposée par le Conseiller Municipal Bizet à la fin de 1879, afin de fêter les 100 ans de la Révolution Française. Après la mise en place d'une commission en janvier 1880, de l'ouverture d'un concours et de la mise en place d'un jury, c'est le projet de l'architecte Victor-Auguste Blavette et du sculpteur Emile Peynot qui est choisi.


Emile Peynot est originaire du département de l'Yonne où il est né en 1850. Il va réaliser sa formation aux Beaux Arts de Paris. Il est prix de Rome en 1880. Il a réalisé de nombreuses sculptures monumentales, pour le Président Sadi Carnot à Fontainebleau, pour l'homme politique Paul-Bert à Auxerre. A Lyon, le monument hommage à la République lie une structure centrale en bronze, toujours en place et des groupes en pierre. Le Monument est terminé en 1887 et c'est lors d'un voyage en 1889 que le Président Carnot inaugure la sculpture.

C'est en raison des travaux pour l'installation du Métro ligne A que le monument est démantelé et défiguré avec la suppression des groupes en pierre. Ces sculptures sont amenées, en 1976, sans vraiment de concertation dans le parc Bazin pour occuper un de ses angles.

mtchal sablons hist art repub statue parc bazin
Les groupes du parc Bazin représentent la devise de la France, Liberté, Égalité, Fraternité.

 

 

 

 

Il y a donc la Liberté qui protège, l'allégorie est porteuse de la flamme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Égalité, les mains posées sur les épaules d'hommes dont leurs propres mains tiennent la charte des Droits de l'Homme qui repose sur le genoux de l'allégorie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le troisième groupe est dédié à la Fraternité, le mouvement des hommes évoque l'entre-aide ;

l'allégorie a les bras ouverts comme pour entourer de manière bienveillante ces deux hommes qui représentent l'humanité fraternelle.

 

 

 

La facture de ces sculptures rappelle le style de l'époque dans la sculpture publique et notamment, la Statue de la Liberté de Bartholdi, qui date elle de 1886. Les muscles des hommes sont saillants, la force est perceptible à l'œil nu, les drapés sont lourds; les groupes sont homogènes et proportionnés."

Texte & photo du dossier de Maud ROY, historienne, "Des Sculptures et des Squares du 3°Arrondissement" 2013

☛d'autres billets sur ce thème dans ce blog :

-fontaines du XIX° : place Guichard,

-les statues des Jardins de la Préfecture,

-le square Jussieu,

-le Monument aux Morts de Montchat,

-sur la place st-Anne, à la Villette,

-sous les immenses immeubles Cours Lafayette  // rue Servient,

-vestiges de sculpture au parc Bazin, à Montchat,
 
--au square des Cuirassiers, à la Part-Dieu,

-au square Destaing, à la préfecture,

-les Totems du Collège Dargent, à Monplaisir,

-le Buisson Ardent, près de la place Guichard,

-sculpture au métro de la Part-Dieu,

-fontaine place Béraudier,

-sculpture du Soleil à la Villette,

-sculpture de la Swiss-Life,


-le Symposium de 1978,