in Lyon 1968, Deux Décennies de Contestations :

Capture d’écran 2018-06-24 à 14

 

chronologie  (2°partie)

*1°juin : incident à l'usine Occulta, une syndicaliste blessé.
Lors d'un piquet de grève, la militante CGT Michèle Sarrola est grièvement blessée par Henri Perrier, fils du directeur de l'établissement Occulta : la gaine Scandale, située à la Croix-Rousse. Ce dernier souhaitant faire le plein de carburant a tenté de forcer le passage de la porte d'entrée de l'usine, alors que les grèvistes la refermaient. Son véhicule a heurté violemment la jeune militante transportée aussitôt à l'hôpital Éd.Herriot. Le même jour à Lyon, 4 000 manifestants soutienne de Gaulle, dont de nombreux patrons.

*3-4 juin : blocus à la faculté de droit toute la nuit
Après l'annonce du report des examens universitaires en septembre, la faculté de Droit décide de maintenir la date initialement prévue pour les étudiants en licence, en la reportant simplement de 4 jours, entre le 4 et le 8 juin. Dans le nuit du 3 au 4 juin, la faculté de Droit est réoccupée jusqu'à 13h par les étudiants de Lettres désireux d'empêcher le bon déroulement des épreuves.

*4 juin : la Faculté de Lettres Attaquée par l'Extrême-Droite
Après 19h30, la faculté de Lettres est attaquée par des étudiants en Droit et des groupes d'extrême-droite. ENviron 150 individus casqués et munis de gourdins assaillent la faculté de Lettres quai Claude Bernard. Le commando cherche à déloger les étudiants grèvistes qui occupent le bâtiment depuis le début du mouvement. Des jets de pierres, de tuiles, de morceaux de radiateurs, ainsi dque des cocktails molotov et des bouteilles d'acide provoquent des incendies, rapidment circonscrits par les pompiers. À 21h, les CRS interviennent pour séparer les belligérants.

 

REPRISE  DU  TRAVAIL
*5 juin : Calor, Paris-Rhône… reprise partielle aux établissements de Monplaisir, où 450 salariés sur 980 étaient présents. Situation presque identique à la Société Paris-Rhône où 700 personnes (sur 3 500) se sont prononcées pour une reprise du travail, alors qu'une partie de l'usine reste occupée par les piquets de grève.

*6 juin :  les postiers, cheminots et agents d'E.d.F. reprennent victorieusement le travail. On compte encore 40 000 ouvriers en grève dans le secteur de la métallurgie, et 10 000 dans celui de l'industrie chimique lyonnaise.

*7 juin : les salariés des T.C.L. reprennent le travail à leur tour. Dans la nuit du 7 au 8 juin, un engin explosif est jeté contre le piquet de grève de l'usine Seguin dans le 3°arrondissement. Des coups de feu sont tirés contre les locaux de la Société Chimique de Gerland. Personne n'est touché.

*30 juin : élections légistatives du Rhône
Dans le département, les élections législatives anticipées de juin 1968 sont marquées par l'opposition entre les gaullistes, Union des Démocrates pour la V°République, qui l'emporte dans les 5 circonscriptions, s'inscrivant dans le mouvement national "du tout à droite".

 

Autre chronologie intéressante, celle de l'exposition de la Bibliothèque municipale de Lyon  : Mai 68 à Lyon.

Capture d’écran 2018-06-24 à 17